2020 : ON REMBOBINE ...

Ce 31 décembre, c’est moi, Aurélie qui prend la parole ici.
2020, je crois qu’on ne t’oublieras jamais… Je n’ai jamais senti mon cœur battre avec autant d’émotion et de rythme en une année. 
J’ai pris le temps pendant cette période de Noël de réfléchir aux mots justes pour vous raconter l’histoire des Mains de Mamie, qui n’a tenu qu’à un fil. 


Janvier-février  2020 : “La vie en rose” 

Avec Mamie Jo, Mamie Mauricette, Mamie Michèle, Mamie Luce, Mamie Muriel, Mamie Annie, puis John mon associé, on écrivait ensemble l’histoire de notre petite entreprise. Une histoire qui ressemble à ceux qui la font…une grande famille qu’on adore appeler “Le Mamie Gang”.

2020 a démarré avec ses rêves, ses résolutions et ses leçons acquises. 
Nous avons commencé par lancer un projet qui me tenait à cœur en tant que créatrice : un pop-up store de jeunes pépites marseillaises autour du “women empowerment” aux Docks Village. Souvenez-vous LE GIRL POWER STORE. Du côté des ateliers DIY, Les Mains de Mamie connaissait une accélération de rythme avec pleins de partenaires prestigieux à Marseille et à Paris, mais aussi pleins de nouveautés pour 2020 : nouveaux formats, nouveaux lieux, nouveaux ateliers et techniques… Les ateliers DIY étaient notre élan, notre tremplin pour développer tous les autres projets. 
En février, nous avons pu louer notre premier local. Un petit bureau pour John et moi, situé Rue de la République. Un lieu pour enfin accueillir les Mamies Brunch dans un cadre plus professionnel. 
Notre petite entreprise prenait vie. Le Mamie Gang grandissait doucement mais sûrement. On s’imaginait toutes dans notre concept-store fin d’année, nos collections de tricots d’un côté, nos ateliers DIY de l’autre. Un lieu de vie pour que toutes nos Mamies puissent retrouver une place pour elles, en plus de retrouver un rôle dans notre société. 
Puis ce mois de mars est arrivé avec cette note qui tournait en boucle : « jusqu’à nouvel ordre » … Le grand Chef d’Orchestre a changé le rythme, les cymbales ont retenti et un arrêt complet du monde a été inévitable. 

Mars 2020 : “ cargo de nuit” 

Comprendre. Observer. Réfléchir.

Mamie, dont on entendait tous les jours parler dans ce premier confinement comme « personne vulnérable », était en première ligne en soliste. Nous avons eu d’abord peur. 
Comment gérer un business qui tourne essentiellement grâce au savoir-faire et au charisme de nos grand-mères ?
Nous avons dû quitter notre local, s’organiser et prendre nos responsabilités avec John pour préserver la santé de notre Mamie Gang. Nous venions d’investir dans une collection unisexe de sweat brodés qui venait à peine d’être lancée : “Oldies”. Plus aucuns ateliers n'étaient prévus jusqu’à “nouvel ordre”... Et même s’ils pouvaient revenir, nous ne pouvions pas garder notre système d’animation pour protéger nos Mamies. Dans les ateliers, toute l’ADN, toute la valeur de Mamie repose sur sa présence, sa transmission. 
Nous nous sommes figés chez nous, comme l’ensemble des Français. 
À ce moment-là, on a vu le moral du groupe déprimer au fil des semaines. Comme notre petite trésorerie.
Survivre et préserver le Mamie Gang. 
Survivre et préserver le Mamie Gang. 
Survivre et préserver le Mamie Gang. 
Des mots que je me suis répétée longuement lors des mes nuits d’insomnie. Comment transformer Les Mains de Mamie en une nouvelle activité quand nous sommes tous dans un moment suspendu, un monde à l’arrêt ? 
Alors on a essayé de faire quelque chose. Juste essayer. Remettre du rythme dans cette symphonie. 


Avril - Mai : “ Avec le temps ” 

C’est dans l’action que j’avance et qu’avec John, nous arrivons à voir des solutions. 
On a lancé des vidéos avec nos Mamies. Elles ont découvert Zoom, Skype et les Mamies Brunchs à distance. Bien que cela aidait nos Mamies, leur changer les idées, notre trésorerie ne se remplissait toujours pas. 
Alors on a continué, tout en réfléchissant à ce qui s’offrait à nous. 
Nous avons aidé les structures médicales de la ville pour pallier le manque de matériels de nos soignants. On a sorti nos machines et nous avons confectionné des charlottes, des blouses et des masques. 
Nous avons ensuite ouvert la vente des masques à nos clientes car la majorité de nos clientes aux ateliers étaient des maîtresses d’écoles et des infirmières. On pensait souvent à vous, à nos rencontres lors de nos ateliers avec Mamie. Alors on a sorti ses masques : juste 20 cm de carré, brodé d’un sourire assemblé avec nos fils de trapilho, dédiés initialement à nos pochettes crochet. 
Et enfin, nos cœurs se sont ré-animés le temps de 4 semaines. 
Plus de 400 masques par Mamie durant 4 semaines ! Une mélodie inattendue que nous avions sous-estimée ! Nous n’oublierons jamais ce texto de Mamie Mauricette qui remercie Les Mains de Mamie de l’avoir aider à surmonter ce premier confinement si dur, en s’occupant à coudre des masques, à se rendre utile, pour vous. Vous ne pouvez imaginer le bonheur de créer pour aider, pour être utiles, pour retrouver le sens des choses.
Puis nous avons été déconfinés. 
L’été est arrivé. 
Mais pas notre collection d’été


Juillet 2020. “Je rêvais d’un autre monde…” 

La collection de cet hiver est là, en dessin. 
Celle de l’été n’a pas pu voir le jour. 
Alors on a continué d’essayer. 
Nous avons créé une collection de tee-shirts “Bisous de Mamie”, brodés avec un cœur au dos. Financée grâce à vous, vos masques. 
La collection s’est bien lancée mais pas assez pour investir dans les laines de la saison qui arrive. 
Je n’en dormais pas la nuit… À ce moment-là, Les Mains de Mamie est vraiment une question de survie. Un moment très dur, pour toute l’équipe : remettre en question l’entreprise des Mains de Mamie alors que nous venions de naître. Nous avons tous mis nos coeurs et notre sueur dans ce projet pour l’amener le plus loin possible. J’avais mis mes économies et j’ai dû faire le choix de retrouver un travail à temps partiel pour soutenir notre petite entreprise.  
Autour de notre table de travail, John rêve à voix haute que ce serait génial d’avoir un “ange gardien” qui achèterait toute notre collection OLDIES (collection qui n’a pas trouvé l’élan puisque lancée en février 2020) afin de retrouver de l’oxygène financier vu la situation incertaine ateliers DIY. 

… et débarque Molly.

Une entrepreneuse aux États-Unis lançant son e-shop de produits artisanaux 100% made in France à la recherche de pépites françaises. Elle nous écrit : mails, Instagram. Elle insiste. On tend l’oreille. Molly nous explique qu’elle souhaite proposer aux américaines notre collection Oldies. 
L’ange gardien a un nom. 

Molly est apparue comme ce musicien qui ne paye pas de mine mais qui vous surprend en vous proposant un concerto. Tout notre stock Oldies a été envoyé Outre-Atlantique, et nous, nous avons pu investir dans notre collection de pulls. Nous avons tellement eu de joie au sein du Mamie Gang, tellement de fierté.
Les Mains de Mamie ne devaient pas s’arrêter. 

Il y avait Après pour nous, une nouvelle mélodie apparaissait… On ne croit pas au miracle dans le business. On sait que tout succès n’est que le fruit du travail et de la persévérance. Mais là, faut dire qu’il y a un coup du destin qui nous a dépassé...


Aout 2020 “We are family”

Ce premier confinement nous a permis de réfléchir, de confirmer notre vision de la mode et d' accélérer la prise de conscience. 
Nous avons pris le temps d’améliorer notre modèle économique guidé par les précieux conseils de nos Mamies qui nous racontaient leurs « expériences shopping » de l’époque. 
Nos pulls seront du fait-main sur-commande, et sur-mesure. Chacune de nos pièces seront ajustables aux mesures de nos clients. Comme Mamie à son époque. 
Des contraintes nous en ferons des challenges. Les challenges était grands, mais tout le Mamie Gang était prêt. 
Quand on dit Mamie Gang d’ailleurs, il y a toutes nos super Mamies, mais il y a aussi une nouvelle petite équipe qui s’est créée autour de nous depuis nos débuts. Les chouchous de Mamie comme on dit.

Il y a Marion (@jolyphotography) , notre talentueuse photographe qui est à nos côtés depuis le début. Elle nous a fait rencontrer Léa, notre modèle "muse-chouchou de Mamie" que vous voyez sur une bonne partie de nos photos. Il y aussi Carla, notre belle ténébreuse 100% marseillaise ! Le shooting de notre premier produit, le débardeur Simone, a été notre première rencontre. Ce shooting « un dimanche chez mamie »  a donné le LA grâce à cette équipe. Une ambiance, un univers de douceur et de joie de vivre que nous déclinons à chaque sortie de nouvelles pièces ! 

 

Septembre 2020 : “Work work work”

Nous organisons le dernier Mamie Brunch physique de l’année, sans le savoir. 
Mamie Mauricette, Mamie Jo, Mamie Annie, Mamie Mija, Mamie Michèle et John sont présents. Il y a même Julia et Clément qui organisent le tout premier reportage des Mains de Mamie dans le cadre de leur projet Oldyssey. Un tour de France des actions et projets integénérationnels, une odyssée fabuleuse à travers les portraits de nos aînés. Et c’est Mamie Mauricette qui a été choisie. 
Nous venons de sortir nos débardeurs Simone. Notre pull Janine arrive ainsi que Colette. Le Mamie Gang s’agrandit doucement mais sûrement avec 11 Mamies à nos côtés. 
Les images de ce reportage nous ont réchauffé le cœur. Elles nous ont permis d’entendre si la mélodie de notre nouveau projet fonctionnait. Et c’était le cas.
Avec notre fidèle et formidable équipe de la photographie, on continue. Shooting sur shooting : Janine, puis Colette.



Octobre-Novembre 2020 “Push it to the limit” 

Tout s'accélère. 

Nous avons relancé quelques ateliers DIY dont un avec les Galeries Lafayette Prado Marseille, l’occasion de présenter nos pulls aux clientes de l’enseigne. Fierté. 
Nous avons installé notre collection dans notre première boutique partenaire Neatshe à Marseille pour vous. Pour découvrir, toucher, sentir, essayer. Enfin.

Nous avons évolué dans nos shootings, toujours avec Mamie. Avec des femmes de tous les âges. La consécration a été le shooting de la collection complète, dans le beau Café du Tailleur à Marseille lors de la fermeture des bars et restaurants. Un hommage, un soutien à ces lieux de vie qui nous manquent tant. À chaque shooting, ces contraintes. Même le dernier, sur le toit de notre appartement, nous avons réussi à vous faire passer nos messages ! Créativité. 

Et puis il y a eu la rencontre médiatique avec les magazines Grazia, Paulette, 20 minutes, les influenceuses En Mode Mel, Diane Kari puis une autre consécration, la télé avec M6, Télématin… Merci Charlotte et merci Laura Tenoudji. 

Cela a été fou, cela a été dingue. 

Notre Mamie Gang est passé d’une dizaine à 25 super Mamies Tricoteuses ce mois de décembre afin de faire face aux vagues de commandes qui ont été tel que nous avons dû suspendre les commandes quelques jours le temps afin de se ré-approvisionner en laine et de former les nouvelles tricoteuses ! C’était fou. 



Décembre 2020 : “Last dance”

Simone, Janine et Colette… Ces pulls sont devenus des iconiques créés durant cette année exceptionnelle et historique. Ils resteront toujours là avec leurs histoires. Ils ont été les premiers cadeaux de Mamie offerts à Noël. Ils seront accompagnés des prochaines pièces que nous sommes entrain de confectionner pour accueillir 2021. 

Voilà l’histoire de notre année. Voilà la playlist de notre histoire.

À toutes nos Mamies, merci pour votre confiance, merci pour les valeurs que vous transmettez dans cette petite entreprise. Elle est la vôtre. On vous doit tellement.

À nos partenaires, nos fournisseurs, nos muses et chouchous, merci d’avoir été à nos côtés. 

À vous, nos clientes, nos soutiens de tous les jours … 


MERCI 
Merci d'avoir fait une place chez vous, pour accueillir l’amour de nos Mamies. 
Merci de nous avoir partagé vos photos et vos messages avec nos créations. Notre plus belle récompense avec Mamie. 
Merci d’être la meilleure communauté qu’une marque puisse rêver d’avoir. On espère vous le rendre x1000, cette prochaine année et pour toujours.          
Merci à vous pour vos messages d’amour et de solidarité envers le Mamie Gang. Des messages et des actes qui ont un impact citoyen. 


Serait-ce cela le monde d’Après ? 


2021 on est prêt, on continue de rêver grâce à vous à nos côtés.


Article précédent

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés